logo Le Monde

Un « réseau social » physique avec collègues et machine à café

« « Internet permet de créer une activité professionnelle dans son salon, mais pour que l’entreprise se développe, il faut être capable de ressortir de chez soi. » Sandrine Benattar a donc créé, avec quatre autres associées, une troisième voie, entre travail à la maison et carcan de l’entreprise : Soleilles Cowork, un espace de travail collaboratif à Paris. Le concept est inspiré de ce qui se fait notamment aux Etats-Unis. »

L’article complet ici

Capture d’écran 2015-03-04 à 12.47.15

Mon bureau dans un espace de coworking

« Ce qui nous manque le plus quand on travaille chez soi, c’est la relation à l’autre », rapporte Marie, graphiste free-lance. Chez Soleilles Cowork, une présentation des nouveaux arrivants est organisée 2 fois par mois : chacun y parle de son activité. « L’espace de coworking permet non seulement de sociabiliser mais aussi de créer des contacts professionnels, de s’entraider, de permettre une vraie émulation collective  », souligne Sandrine. Verdict d’une journée de coworking ? Positif.

L’article complet ici

Capture d’écran 2015-03-04 à 12.50.51

Plus qu’une tendance, une mutation

Marie Khayat, consultante en marketing, entreprise 2.0 et médias sociaux, cofondatrice de l’espace de coworking Soleilles Cowork :

Cette aspiration au partage, est-ce une tendance de fond ? Oui. Ces trente dernières années se sont caractérisées par le désir d’accumuler les richesses. Aujourd’hui, les gens veulent aider, donner, recevoir, se rencontrer. Ils croient dans un nouveau modèle économique basé sur la création de richesse collective par la mutualisation des ressources, sur une économie d’usage plus que de propriété. Internet permet de concrétiser cette envie ainsi que, par-delà l’écran, les rapprochements dans le réel. Il s’agit d’une vraie mutation.

Le coworking en est une illustration… En effet. Outre les économies d’échelle, ce que cherchent les créateurs d’entreprise, les indépendants et les salariés coworkers, c’est cette énergie née des échanges. Dans ce type d’espace, pas de compétition ni de hiérarchie mais de la créativité et un réseau diversifi é. Les dirigeants devraient prendre cet outil en considération : aux États-Unis, 35 % des coworkers sont des salariés, contre 8 % en France.

Comment cet esprit impacte-t-il les entreprises ? Certaines changent leur business model en proposant le service et l’usage au lieu de l’achat, comme pour l’Auto’lib par exemple. D’autres, comme Danone ou Cisco, adoptent un management collaboratif : plutôt que de travailler dans son coin, on partage les expériences, on développe l’intelligence collective. Pour les jeunes, c’est incontournable !

L’article complet ici

logo france info

Voyage au pays des coworkers

“Apparu il y a quatre ans en France, le coworking vient des Etats-Unis.Soleilles Cowork a ouvert ses portes en septembre dernier près de la Bourse, à Paris. Cinq femmes dirigent cet espace coloré et accueillant. Des travailleurs indépendants de tous les horizons s’y retrouvent pour brancher leur ordinateur, se concentrer, organiser une réunion, échanger avec d’autres travailleurs “nomades”. Une nouvelle tendance dans le monde du travail : le coworking. Ca consiste tout simplement à se retrouver à plusieurs travailleurs indépendants dans un même espace de travail. On y fait son boulot, mais on échange aussi avec d’autres : motivation, contacts, idées, réseau… Reportage“

écouter l’émission

logo france info

Capture d’écran 2015-03-05 à 09.35.07

Le réseau dans la « vraie vie »

Le 16 décembre 2011 se tenait le Forum de la Mixité à Paris. L’occasion pour nous de rencontrer l’équipe de Soleilles Cowork, un espace de travail collaboratif qui a ouvert ses portes en septembre dernier rue Vivienne, au coeur du 2ème arrondissement de Paris. Si le lieu est à l’initiative de femmes, il n’en est pas moins ouvert à tous les professionnels nomades qui souhaitent donner de l’ampleur à leurs projets professionnels, en toute convivialité.

Voir l’article

Capture d’écran 2015-03-05 à 09.41.21

Le « coworking », pour un bureau alternatif à bas coût

Ouvert en septembre, cet espace de 240 mètres carrés situé rue Vivienne, dans le 2arrondissement de Paris, propose des bureaux ouverts et des salles de réunion en self-service, au prix de 38 euros hors taxe la demi-journée et 560 euros hors taxes par mois. Les cinq femmes « quadra » à l’origine de ce concept ont voulu un espace gai et convivial pour les utilisateurs de passage ou les habitués. « L’idée est de créer et d’animer une communauté professionnelle propice aux échanges », commente Sandrine Benattar, cofondatrice.

Voir l’article